Microfissures, fissures, lézardes, quelles différences ?

fissure-lezarde-mur

Les phénomènes de fissurations  peuvent être classés en trois grandes catégories selon leur degré d’ouverture :

1/ Les microfissures, inférieures à 0,2 mm.

En général de peu de gravité, ces fissures sont fines et superficielles mais leur réparation s’impose pour éviter d’éventuels problèmes d’humidité ou de décollement d’enduit ou de peinture. Ces microfissures peuvent être réparées soit par un enduisage classique avec un enduit polyvalent soit par la pose d’un revêtement de rénovation lisse de faible épaisseur (simplex) d’un grammage de 50 à 130 gr/M2.

2/ les fissures moyennes, inférieures à 2 mm.

Dans le cas de fissures moyennes inférieures à 2 mm, on va dans un premier temps vérifier par la pose de témoin en plâtre bien souvent, que la fissure n’évolue pas dans le temps. Si il n’y a pas d’évolution, on dit que la fissure est « morte » et selon que le mur soit porteur ou non on apportera les corrections nécessaires. Par contre si la fissure est « vivante » donc évolue dans le temps il faudra alors rechercher la cause du désordre afin de stopper l’évolution des désordres.

Les fissures moyennes peuvent être également rebouchées à l’enduit. Par contre pour éviter la réapparition du phénomène, l’enduit devra être renforcé par un pontage en calicot ou à l’aide d’une bande de renfort « spécial fissures ».
Une alternative en rouleaux consiste à poser soit

  • une toile de rénovation simplex de qualité professionnelle de 150 à 200 gr/M2. Dans cette solution c’est un peu comme si l’on plaçait à la fois un calicot résistant et de l’enduit sur toute la surface du support à rénover,
  • une toile duplex plus épaisse de 1,5 mm donc en grammage de 330 gr/M2.

3/ les fissures plus importantes (plus de 2 mm) et les lézardes (plus de 1 cm).

Dans le cas de telles fissures, il s’agit de problèmes importants liés à la structure même du bâtiment ou liés à des mouvements de terrain. Réparer ce type de fissure n’apportera qu’une solution esthétique temporaire. Dans un tel cas, il y a lieu d’entreprendre d’abord les travaux nécessaires pour consolider le bâtiment ou stabiliser les sols et puis ensuite d’effectuer la réparation esthétique des fissures.

Ces fissures sont souvent appelées  «fissures de liaison» car elles concrétisent des mouvements entre des éléments de structure du bâtiment, comme la liaison entre un mur porteur et un mur de refend ou un cloisonnement.

Ces fissures importantes sont potentiellement dangereuse à la fois pour la solidité du bâtiment et pour la sécurité de ses habitants. Le risque sera parfois limité à de simples problèmes d’infiltration d’eau mais il peut arriver qu’une fissure importante conduise à l’effondrement de l’immeuble.

La solution commencera par la pose de témoins pour surveiller l’évolution dans le temps et déterminer si les fissures sont actives ou non. Un spécialiste en stabilité pourra définir les solutions les plus adéquates pour traiter la cause des problèmes. En général les solutions à mettre en œuvre sont coûteuses mais indispensables pour un résultat durable.

Ensuite seulement, ces fissures de liaison peuvent se traiter ponctuellement au mastic acrylique à peindre ou pour une surface plus importante après rebouchage à l’enduit (ou au mastic), en utilisant une toile de rénovation épaisse (duplex) de 1,5 mm, 3 ou 5 mm donc en grammage de 330, 480 ou 700 gr/M2.

Les produits conseillés